Bénévolat en ces temps de crise

Cette semaine débute la semaine de l’action bénévole. Comme à chaque année, c’est un moment où nous prenons le temps de dire merci aux gens de coeur qui bénévolent partout à travers le Québec. Chaque année, les organisations, les organismes communautaires et plusieurs entreprises et entitées gouvernementales et provinciales se font un devoir de souligner l’apport exceptionnel des bénévoles pour aider à créer un monde plus juste et équitable. En cette période critique que nous vivons tous, où la peur et l’inconfort est généralisée et où, le soutien à nos personnes vulnérables est encore plus essentiel, on ne peut que devenir admiratif de tous ces petits anges qui affrontent cette pandémie avec courage, résilience et énormément de vaillance.

Lorsque la crise nous a frappée de plein fouet, les popotes roulantes ont dû demander à leurs dévoués bénévoles, dont l’âge était de plus de 70 ans, de cesser leur bénévolat. Ce sont presque 80% des équipes qui se sont dissolues et ce sans gaieté de coeur. Certains bénévoles refusaient même d’être écartés, ils voulaient continuer à faire une différence. Cette situation a fragilisé les popotes roulantes et a demandé aux organismes de se réorganiser à la vitesse de l’éclair. Le pays au complet a été mis à l’arrêt, mais les popotes roulantes, elles, elles devaient travailler trois fois plus fort pour s’assurer que leur clientèle puisse continuer à se nourrir adéquatement. C’est à ce moment même, que l’on a vu une mobilisation citoyenne sans précédent! Des centaines de personnes, de tous les milieux, de tout âge, se sont portées volontaires. En moins de deux semaines, toutes les équipes ont été rebâties et les gens continuent de proposer leurs services. Tous veulent faire leur part et ça, c’est tout simplement fabuleux!

Alors cette année, je pense que nous avons un devoir collectif, encore plus important que pour les années précédantes, de dire merci. Merci à tous nos bénévoles. Ceux qui par devoir de préserver leur santé et leur entourage, doivent rester à la maison. Ceux qui continuent, malgré les risques, à se dévouer corps et âme. Ceux qui ont décidé qu’ils devaient faire leur part dans cet effort de guerre. Ceux qui le font, parce qu’ils savent que leur temps vaut tellement plus pour tous nos aînés apeurés et isolés. Ceux qui savent que la perte d’autonomie peut toucher tout le monde. Merci à nos anges bénévoles!

Agnës Charland Sinotte

Directrice générale

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *